BILAN : Monde portuaire

Calais possède deux joyaux économiques principaux : son port et le tunnel sous la Manche.

Calais est avant tout une ville maritime dominée par le Transmanche mais Calais, c'est aussi un port de plaisance, un port de pêche, un port de commerce. Je suis très attaché à ce monde portuaire ancré au plus profond de moi : mon grand-père était timonier sur le 1er Côte d'Azur et j'ai travaillé de nombreux étés sur le port en tant que lamaneur pour financer mes études.
Ce monde, je le connais, je le respecte et depuis mes débuts en politique, je ne cesse d'œuvrer pour l'aider à se développer en s'inspirant d'un passé prestigieux, et d'un avenir que je souhaite radieux.
Calais Port 2015 pour l'avenir du port et de son économie était une nécessité mais il ne devait en aucun cas occulter tous les autres pans de l'activité portuaire.

Je me suis donc efforcé de répondre à toutes les sollicitations et à tous les projets.

Le monde de la plaisance se sentait mis à part, ne faisant pas partie intégrante du monde portuaire. J'ai donc travaillé avec ses membres pour casser cet état de fait en créant le comité local des usagers du port de plaisance de Calais (CLUPP). Un représentant du CLUPP siège désormais au Conseil portuaire.

1ère réunion du CLUPP

Il y a tous types de plaisancier : du plus fortuné au plus modeste, ceux qui la considèrent comme une pratique sportive et ceux qui en font un loisir familial mais tous sont animés par un amour immodéré pour la mer.
Je ne considère pas la plaisance comme appartenant à une élite mais je perçois surtout un formidable potentiel de développement touristique et économique autour cette pratique.
J'ai donc compris très vite que pour attirer des plaisanciers venus du Royaume Uni, de Belgique, des Pays-Bas, il fallait avoir des infrastructures accueillantes, performantes, respectant les nouvelles normes environnementales. C'est pourquoi, j'ai fait voter au Conseil Régional la réfection totale des quais du bassin ouest qui étaient dans un état de délabrement inacceptable.
Mais pour attirer des touristes plaisanciers, il faut également leur proposer des activités, des commerces où ils peuvent consommer, se restaurer, boire un verre… c'est pourquoi j'ai défendu et obtenu le transfert à la ville de Calais les terres pleins situés tout autour du bassin ouest, réserve foncière qui appartenait à la région.
La ville de Calais dispose maintenant de centaines d'hectares pour pouvoir aménager une véritable marina avec des commerces, des restaurants, des bars, des hôtels… Pour ma part, le travail a été fait, la ville de Calais ne peut plus se plaindre de ne pas avoir la propriété de ces terrains néanmoins, je ne vois toujours rien venir…

Le port de commerce a également souffert ces dernières années et a bien failli quasiment disparaître. Je me suis battu pour que les dernières activités existantes perdurent, mais également pour en faire venir de nouvelles.
Je pense notamment à l'activité d'avitaillement de la société Gesquières qui fournit notamment les compagnies maritimes entre Calais et Douvres. Activité menacée il y a quelques temps par un projet de loi voulant répondre à une harmonisation européenne. Je suis tout de suite intervenu auprès du gouvernement pour expliquer l'impact de cette mesure sur l'activité de la société et de manière plus globale sur celle du port de commerce de Calais. J'ai obtenu gain de cause et l'activité de la société sur Calais ainsi que les emplois liés directs et indirects ont été maintenus.

Sur un autre sujet, j'ai défendu l'autoroute ferroviaire reliant Calais à Le Boulou, axe que j'ai obtenu en défendant le dossier en tête à tête dans son bureau auprès de l'ancien Ministre de la mer et des transports Frédéric Cuvillier, ce qui a permis de donner du travail à la manutention portuaire.

Un autre de mes combats dans ce domaine a été de permettre le retour des paquebots de croisière dans le port de Calais. Croisières de France était intéressé pour faire escale dans notre port, problème : l'aménagement des quais et des bassins ne permettaient pas l'accueil de ces bateaux de croisière de nouvelle génération. J'ai donc réuni le directeur des ports de la région nord Pas-de-Calais et ses services avec le représentant local de croisières de France pour envisager les travaux à effectuer, leur faisabilité et leur coût. J'ai défendu ce dossier auprès du Conseil régional et l'assemblée a adopté ces travaux d'aménagement. Les paquebots de Croisières de France ont donc fait escale à Calais pour le plaisir des petits comme des grands. Malheureusement, cela n'a pas profité aux commerces calaisiens, la ville n'ayant pas su créer l'évènement autour de ces escalles. Il faudra nous battre pour que les croisières reviennent.

La culture et le patrimoine maritime font partie de l'ADN de Calais. J'y suis très attaché et je soutiens toutes les actions qui contribuent à transmettre aux générations futures la passion de la mer et des gens de mer.
Ainsi dans notre région, nous avons la chance d'avoir une structure entièrement dédiée à ce sujet et dont le siège est à Calais, il s'agit de la Fédération Régionale de la Culture et du Patrimoine Maritime (FRCPM). Ce sont notamment ses bénévoles qui organisent les Fêtes de la Mer sur Calais, Boulogne-sur-Mer et Dunkerque. Cette structure a connu des difficultés financières et la Fête de la Mer de Calais menaçait d'être annulée. C'eut été une catastrophe pour les Calaisiens et pour Calais qui a tant besoin de grands évènements de ce type pour redorer son image abimée par les médias nationaux. J'ai donc agi et obtenu du Conseil régional une avance remboursable de 50 000 euros ce qui a permis à la FRCPM de maintenir l'évènement sur Calais.


Aux côtés du président et du délégué général de la FRCPM

Le sauvetage en mer est également un pan très important du monde portuaire.
Je suis très admiratif de tous ces bénévoles de la SNSM qui sauvent des vies souvent au péril de la leur. J'ai rencontré ces passionnés de la mer et ils m'ont fait part de leurs soucis matériels et des améliorations techniques à envisager pour réduire les délais d'intervention en mer. Ainsi leur canot de sauvetage était vieillissant. Au lieu de le stocker dans un hangar, ils avaient besoin d'un ponton mobile pour leur permettre de maintenir un zodiac sur l'eau, prêt à intervenir. Après plusieurs réunions techniques, ces 2 projets ont pu être financés.


Cérémonie de remise de l'insigne de chevalier du mérite maritime à Philippe Darques sauveteur en mer et ancien Président de la station de Calais.

Calais c'est le transmanche mais c'est aussi un port de pêche !
Quel plaisir d'aller aux aubettes à poissons au Minck chercher ses soles, ses carrelets, ses moules… La concurrence est rude avec Boulogne-sur-Mer, 1er port de pêche de France !
Les pêcheurs professionnels ont toujours pu compter sur mon soutien pour obtenir un roue lève pour l'entretien de leurs bateaux ou bien lorsqu'ils sollicitaient un entretien avec le Ministre de la mer concernant les quotats sur la sole.