BILAN : Entreprises / Emploi / Industrie

Le Calaisis a connu une époque très prospère avec la dentelle, le textile, le duty free, l'industrie.

Malheureusement, il a été frappé de plein fouet par de multiples crises et n'a pas su les anticiper pour promouvoir le développement de nouvelles activités. A tout cela s'est ajoutée une crise migratoire sans précédent.
En tant que Député, mon action fut à la fois défensive et offensive pour maintenir les entreprises, les industries, les activités présentes dans le calaisis mais également en cherchant à en créer de nouvelles.
Je ne nie pas la réalité, le volet défensif m'a pris beaucoup de temps : les plans sociaux se sont malheureusement succédés : Seafrance, Calaire chimie, desseilles, noyon, codentel, tioxide…

Pour l'avenir de la dentelle de Calais, je suis convaincu depuis des années que les dentelliers calaisiens doivent définir une stratégie commune dans le respect des intérêts et des particularités de chacun. C'est notamment ce qu'ont réussi les denteliers caudrésiens en mutualisant leurs moyens humains, matériels et financiers pour tendre vers un idéal commun : la survie et le développement de leur filière.
Dans cette optique dès 2012 alerté par différents denteliers calaisiens des menaces qui pesaient sur leur avenir, j'ai demandé au Ministère du redressement productif que soit financée une étude définissant les moyens à mettre en œuvre pour sauver la dentelle de Calais. Cette étude très complète a été faite et elle détaille très précisément toutes les étapes à mettre en œuvre pour sauver la dentelle de Calais : moyens à mutualiser, secteurs à développer, activités à abandonner, business plan…
N'étant pas le Maire de la commune, j'ai demandé à Natacha Bouchart de se saisir de ce dossier pour qu'elle réunisse l'ensemble des acteurs pour qu'une réflexion soit enclenchée à partir de cette étude. Evidemment, des choix étaient à faire, des décisions à prendre mais c'est avant tout ça le rôle d'un élu : prendre des décisions et ne pas uniquement se contenter de tenir le discours que votre interlocuteur souhaite entendre. En tout cas ce n'est pas ma conception de la politique.

Malheureusement, je n'ai pas encore trouvé de répondant et nous sommes restés dans le curatif avec l'octroi de subventions pour combler des déficits qui n'avaient aucune chance de se résorber sans une véritable stratégie de réorientation et de développement de l'activité.
Résultat : un sentiment d'énorme gâchis avec le rachat de Desseilles par des investisseurs chinois, le rachat de Noyon et le rachat de Codentel par l'entreprise Sophie Halette de Caudry avec au passage de nombreuses pertes d'emplois.
Malgré ces déceptions, je reste convaincu qu'un espoir demeure pour que la dentelle de Calais continue d'exister et d'être produite sur Calais.

J'ai donc fait en sorte que dans le contrat de territoire, obtenu auprès du 1er Ministre, soit prévu un volet financier de 4 millions d'euros consacré à la filière dentelle. J'ai donc de nouveau saisi la Présidente de l'agglomération, qui a seule la responsabilité de le mettre en œuvre. A l'heure d'aujourd'hui rien ne se passe et les salariés restent plongés dans le doute quant à leur avenir…


Dans les ateliers de codentel

J'ai été de tous les combats pour soutenir les salariés et leurs familles. Toutes les organisations syndicales ont été reçues, j'ai été de toutes les tables rondes pour défendre le maintien de l'emploi dans le calaisis. J'ai fait recevoir les syndicats dans tous les Ministères. J'ai utilisé toutes les armes à disposition d'un Député. 
Malgré cet investissement de tous les instants, il faut reconnaître que dans certaines situations, un élu qu'il soit Maire, Député ou Ministre pèse peu face à la logique de rentabilité financière de grands groupes qu'ils soient français ou internationaux.
Ce fut malheureusement le cas pour My Ferry Link, pour Tioxide et partiellement pour Calaire chimie.
Une fois le coup asséné, il ne faut toutefois pas baisser la garde car derrière il faut faire en sorte que les salariés licenciés soient tout d'abord correctement indemnisés puis qu'ils soient en capacité de retrouver un emploi ou de trouver une formation leur permettant de se réorienter professionnellement.
J'ai reçu toutes les personnes qui m'ont demandé de l'aide, je les ai aidées du mieux que je pouvais, je ne leur ai jamais promis la lune, je leur ai toujours tenu un discours de vérité car je suis comme cela sincère et entier.
J'ai fait aussi des propositions concrètes par exemple pour que la région réembauche des ex salariés de My Ferry Link en créant un service de dragage. Je ne désespère pas que cela aboutisse un jour, en tout cas je continue de me battre comme pour le retour du pavillon français !

Avec les représentants du personnel de tioxide devant le Ministère du travail pour obtenir un PSE respectueux des salariés.

 

Alcatel Submarine Network (ASN), la Calaisienne, ont également été menacés mais sur ces dossiers mon action concertée avec les acteurs concernées a permis d'éviter le pire.
Ainsi pour ASN, lorsqu'en 2012 le groupe Alcatel Lucent, afin de résorber une partie de son déficit global, projette de procéder progressivement à une vente à la découpe du site industriel calaisien, alerté par les représentants syndicaux, je saisis la Ministre Fleur Pellerin afin qu'elle stoppe cette opération financière. La vente sera effectivement empêchée et 427 emplois seront préservés ! Mais il faut rester vigilant.
Au lendemain de mon élection, un des premiers dossiers sur lesquels je me suis penché fut celui de la société La Calaisienne spécialisée dans la confection d'uniformes. Lorsque le directeur général du groupe Marck auquel appartient La Calaisienne m'appelle pour me faire part de sa vive inquiétude quant à la volonté de l'Etat Français de ne plus faire appel à ses services au profit de grands groupes étrangers, j'interviens immédiatement auprès du Ministre de la défense et du Ministre du redressement productif afin de défendre « le made in Calais » et le « made in France ». Mon appel a été entendu et l'activité a été maintenue sur Calais et les emplois sauvegardés.
Pour Schaeffler, les dirigeants ont défini un plan d'investissement nécessaire pour moderniser leur outil de production afin d'accroître leur productivité pour répondre aux besoins nouveaux du marché. Je les ai ainsi aidé avec le Conseil Régional à obtenir une subvention FEDER de 600 000 euros et je suis allé sur place constaté la réalité de cet investissement.


Dans les ateliers de Schaeffler pour constater les investissements réalisés suite aux subventions obtenues.

 

Sur le plan offensif, j'ai bien entendu concentré mon énergie sur la concrétisation de Calais port 2015 et soutenu le groupe eurotunnel dans ses projets mais aussi sur l'obtention d'un contrat de territoire pour dédommager le Calaisis du préjudice et du déficit subis par notre territoire pendant toute la durée de la crise migratoire. J'ai ainsi obtenu de l'Etat 50 millions d'euros, de la région 25 millions et 32 millions d'euros du département pour aider à développer les projets du Calaisis. Il ne s'agit bien évidemment pas d'un chèque en blanc mais bien d'une participation sur des projets
J'ai également œuvré pour la mise en place de l'autoroute ferroviaire entre Calais et Le Boulou avec le système de transport multimodal lorry rail afin que Calais soit une place forte du transport non accompagné.

Inauguration du terminal ferroviaire sur le port de Calais

A la demande de jean-Marc Puissesseau, Président de la CCI de l'époque, j'ai également fait le forcing auprès de Fleur Pellerin afin que Calais puisse bénéficier d'un des tous premiers fablab en France car j'en suis convaincu le calaisis a sa carte à jouer dans le domaine du numérique. 
Je suis également intervenu à la demande du Directeur d'ASN afin de l'aider à développer le projet Seabras consistant à la fabrication d'un câble sous-marin de télécommunication reliant New York à Sao Paulo. Ce projet lui permettait d'assurer 8 mois d'activité pour le site calaisien. Il lui manquait les garanties financières pour décrocher ce contrat. Je suis intervenu auprès de la COFACE et de la Caisse des dépôts et Consignations et j'ai obtenu leur soutien financier. Le projet seabras a vu le jour et ASN tourne toujours !
Je considère également que le Brexit est une formidable opportunité pour renforcer l'attractivité de notre territoire. Le Calaisis dispose de nombreux atouts notamment en terme d'infrastructures (gare internationale de Calais fréthun, aéroport de Marck, port de Calais, tunnel sous la manche…) pour attirer les entreprises britanniques souhaitant délocaliser une part de leur activité en zone euro. Calais est à 50mn de Londres et de Bruxelles. J'ai donc proposé au 1er Ministre d'implanter une zone franche d'un genre nouveau à proximité de la gare internationale de Calais Fréthun et d'envisager les dispositifs et les mesures qui pourraient faciliter l'implantation des sièges sociaux et financiers sur le Calaisis. Les retombées en termes d'emplois et de ressources fiscales pourraient être conséquentes.

 

Je milite aussi pour un retour du Duty Free et j'ai d'ores et déjà enclenché différentes actions auprès de l'Union Européenne.